• Affaire Eunice Zunon: l’artiste burkinabé Dicko Fils se prononce

    Auteur : Kadidjatou Balde | 24 septembre 2020 | 118 vues
  • Affaire Eunice Zunon: l'artiste burkinabé Dicko Fils se prononce

L’artiste musicien burkinabé, Dicko Fils s’est prononcé ce jeudi 24 septembre sur sa page Facebook concernant l’affaire Eunice Zunon. Selon lui, il était question d’une incompréhension plutôt d’une agression.

Invitée au Burkina Faso pour prendre part à l’anniversaire de l’icône du Couper décaler au pays des hommes intègres, Imilo le chanceux, la comédienne ivoirienne, Eunice Zunon, a vécu une mésaventure à l’aéroport de Ouagadougou lorsqu’elle rentrait sur Abidjan. Elle dit avoir été violentée par des policiers burkinabé. Par la suite, cette histoire a pris une autre tournure sur les réseaux sociaux entre Ivoiriens et Burkinabé.

L’artiste a donc décidé d’apporter plus de précisions concernant cette affaire:

« Je pense qu’il serait judicieux de demander à la victime de mettre de côté sa recherche de propagande et dire la vérité. En effet, les deux agents de Police l’ont interpellé suite à sa tenue jugée indécente (selon eux). C’est alors qu’elle a voulu filmer la scène, chose que les policiers n’ont pas laissé se produire. C’est dans la tentative de l’empêcher de filmer ladite scène qu’elle a perdu ses faux ongles. Il n’a pas été question de la brutaliser, mais de l’empêcher de filmer (les policiers, aussi bénéficient du droit à l’image). Sinon, est-il possible en Côte d’Ivoire de filmer un policier dans l’exercice de ses fonctions, sans son approbation ? » , a-t-il dit.

En ajoutant: « Sinon, des millions d’Ivoiriens et d’autres nationalités transitent par l’aéroport de Ouagadougou sans être victime de pareilles scènes » .

L’artiste a toutefois, présenté ses excuses à la web humoriste ivoirienne.

« Nos excuses pour les ongles cassés, mais à l’avenir, ce serait bien de faire preuve d’écoute, de courtoisie et surtout d’obéissance aux forces de défense et de sécurité qui sont là pour la sécurité de tous. Merci à mes frères et sœurs ivoiriens pour la compréhension. Que Dieu bénisse nos deux nations » , A-t-il écrit.

De son côté, la jeune chroniqueuse compte bien porter plainte contre les deux forces de sécurité burkinabé : « je vais porter plainte contre eux. Ça n’a jamais été mon but de mettre deux pays frères en clash sur les réseaux sociaux. Je n’ai pas de problèmes avec les burkinabé. J’ai un problème avec des personnes qui m’ont agressée physiquement. Cette histoire ne va pas rester impunie »  a-t-elle déclaré.

 

 


Commentaire