• Aristide Bancé a retrouvé « sa prostituée sénégalaise »

    Auteur : Aminata Gbane | 8 novembre 2019 | 106 vues

Aristide Bancé a retrouvé la prostituée qui l’avait aidé dans ses temps de galère.

Vous vous souvenez de cette histoire ? Si non, on vous fait un petit rappel. En 2018, Aristide Bancé avait dit être à la recherche d’une prostituée sénégalaise qui l’avait beaucoup aidé dans ses temps de galère.

En 2018, l’ancien pensionnaire de l’ASEC avait alors raconté son calvaire, et comment cette jeune femme l’avait soutenu. Voici un extrait de leur histoire si touchante qu’Aristide Bancé avait publiée, en guise d’avis de recherche :  « En 2002 à cause de la guerre en Côte d’Ivoire, j’ai quitté le pays sans finir le championnat en cours. En ce temps, milieu de terrain au RFC de Daoukro, force de la situation belligérante du pays, je me jette à l’aventure au Burkina Faso. Ma mère m’avait remis 20.000 frs. (…) Croyant que tous les gens de la cour avait un esprit de solidarité, je dépensais mon argent avec mon entourage immédiat, leur achetant à manger au même titre que moi. Mais dès que je n’avais plus rien, ils disparurent tous, me laissant dans la faim et dans la galère. Certains, me faisant croire qu’ils allaient en balade, allaient en réalité se cacher pour manger.(…)

Traînant la bosse de ma galère sur l’avenue Kwamé N’krumah en fredonnant des chansons zouglou, j’y fis la connaissance d’une prostituée. D’origine Sénégalaise, elle aimait m’écouter chanter. Cette fille-là me remettait régulièrement des sommes d’argent : 1000 frs et quelques fois 500 frs. Nous bavardions en toute amitié. Puis quand les grosses voitures se pointaient, elle partait avec elles, ses clients étant venus la chercher. Je m’en retournais, enthousiaste, puisque les petits billets de banque qu’elle me laissait étaient une fortune qui me donnait droit à un bon « bengua » libérateur(…)

Le Christ dit dans Mathieu 21 verset 31 :« Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu ». Cette parabole ne nous montre-t-elle pas clairement que ce que Dieu regarde, c’est le cœur et non les apparences ?
Depuis que je suis devenu international, revenu à Kwamé Nkrumah, j’ai cherché cette prostituée, en vain. Pas l’ombre d’elle jusqu’à présent. La douleur de l’avoir perdue de vue est si insupportable ! Si jamais tu lis ce message, tu te reconnaîtras. Où que tu sois, n’hésite pas à rentrer en contact avec moi. Sache que c’est à moi, Aristide Bancé, que hier, tu donnais les 500 ou 1000 frs pour me sauver de la faim. Aujourd’hui, c’est à mon tour de te tendre la main.« 

Heureusement cette histoire a eu une belle fin. Aristide Bancé a enfin retrouvé sa bienfaitrice de l’époque ! « J’ai de ses nouvelles. Quand elle a vu mon post, elle m’a contacté. Aujourd’hui, elle vit aux Etats-Unis et elle tente de refaire sa vie. Elle est mariée. Et elle m’a dit qu’on se verrait peut-être si je suis de passage là-bas », a confié Bancé, sur un plateau de télé, et sans dévoiler le nom de cette femme.

Il explique également que : « En intitulant mon texte « Je recherche une prostituée », c’était à dessein, car c’était le seul titre capable de maintenir en un flash l’attention de la concernée. En parcourant Facebook, un tout autre titre aurait pu lui faire zapper ce texte. » Comme quoi, les réseaux sociaux peuvent servir aussi à de belles choses.


Commentaire