Le stretching postural est une méthode douce peu connue mais très efficace. On sait tous que pour une bonne santé il faut pratiquer une activité physique régulière, et bien le stretching postural est un sport qui allie tonification, étirements et relâchement musculaire pour une sensation immédiate de bien-être.

Le stretching postural a été mis au point au milieu des années 1960 par Jean-Pierre Moreau, un kinésithérapeute qui a travaillé auprès d’athlètes de haut niveau. C’est un sport qui convient à un grand nombre de personnes : femmes et hommes de tous âges, sportifs ou non. Il permet de faire travailler à la fois le corps et l’esprit et offre de nombreux bienfaits tels que:

Améliorer sa posture: Le stress et les mauvaises positions au quotidien abaissent les épaules, enroulent le dos et verrouillent le diaphragme. Grâce aux étirements, la colonne vertébrale est allongée et la cage thoracique dégagée. Le buste se redresse, les crispations et les douleurs disparaissent. Le stretching postural  permet de travailler sa posture.

Soulager les douleurs du dos : Contrairement à certains sports, le stretching postural n’est pas contre-indiqué pour les personnes souffrant de douleurs au niveau du dos. Au contraire, il soulage même certaines pathologies comme la scoliose ou la lombalgie. La difficulté des exercices étant ajustée en fonction des pathologies, il n’y a aucune contre-indication, le cours est également recommandé à ceux qui souffrent de cyphose ou de lordose. 

Affiner sa silhouette: Les exercices effectués lors d’une séance de stretching postural permettent d’assouplir le corps grâce à divers étirements. Les muscles sont tonifiés et la silhouette s’affine. Ce sport fait travailler toute une série de muscles et prend le corps dans sa globalité.

Se détendre: Les étirements permettent de fournir un effort intense. Ils procurent à la fin de la séance une vraie sensation de détente et de bien-être.

Galber ses cuisses: Eh oui mesdames ! Un grand avantage du stretching postural est que certains mouvements permettent de renforcer les quadriceps, les muscles des cuisses. En position assise (mais sans chaise !), les fesses en arrière, le dos à l’horizontale avec les paumes de main placées à l’intérieurs des genoux, les muscles se mettent alors à travailler.

Maîtriser sa respiration: Les exercices de stretching postural alternent différents types de respiration. Cette dernière est petite lorsque l’on effectue les postures et longue quand il s’agit de relâcher les muscles.

Comment le faire ?

À partir d’une posture, on crée un étirement qui engage des muscles profonds, les muscles posturaux, principalement ceux du dos. Ceux-ci sont en permanence sollicités pour stabiliser la colonne vertébrale lorsque l’on bouge. On améliore ainsi sa posture et on retrouve une mobilité articulaire. Le corps est plus souple et tous les muscles sont tonifiés en profondeur grâce aux exercices de stretching toniques.

Il est préférable pour les débutants de commencer le stretching avec un professionnel mais, en attendant, voici quelques exercices qu’on peut réaliser seul(e) :

Les quadriceps (cuisses) : allongée sur le ventre, on plie une jambe et on attrape son pied pour le ramener doucement vers les fesses en tirant légèrement.

Les mollets, les ischio-jambiers (arrière des cuisses) et le dos : assise, jambes tendues devant soi, on se baisse vers nos pieds pour essayer de les toucher, pointes de pieds repliées vers soi.

Les abdominaux et le dos : à plat ventre contre le sol, les jambes tendues et jointes, les mains de chaque côté des épaules, on soulève doucement son buste en remontant vers l’arrière, bras fléchis et tête en arrière.

Les bras : assise en tailleur, on croise les doigts dans le bas du dos, paumes jointes, et on soulève les bras tendus en remontant. Tous ces exercices permettent d’étirer muscles, tendons et ligaments.

Les précautions à prendre lors d’une séance de stretching

Il est important de bien identifier le ou les muscles à étirer et de ne pas forcer sur ses mouvements. On y va en douceur, les mouvements ne doivent pas être douloureux. Progressivement, le corps va s’assouplir et les mouvements seront de plus en plus amples au fur et à mesure des séances. On tient les positions de 15 à 30 secondes avec des mouvements lents et doux. Les exercices doivent être accompagnés d’une respiration lente et profonde, ventrale de préférence.


Commentaire