Il y a en Afrique, un grand nombre de jeunes souhaitant s’engager dans les métiers qui concourent à la bonne marche du cinéma africain. Plusieurs actions sont menées dans ce sens.

Parmi elles, cette formation, ce sont 10 jeunes gens du Bénin, préalablement sélectionnés, qui ont été récemment formés à Cotonou par le cinéaste professionnel Sylvestre Amoussou, avec leur parchemin reçu au bout de cette formation. « En une semaine c’est très peu (…). Eux-mêmes, il faut qu’ils continuent de travailler », dira Sylvestre Amoussou pour souligner le fait que le groupe aurait souhaité en faire davantage…

« Nous avons décidé de lancer depuis la fin de l’année dernière des formations parce que le continent africain est devenu un continent phare pour le Groupe. Et il faut savoir redonner là où il y a des talents. De plus en plus nos programmes sont africanisés puisque c’est ce qui fonctionne. Il faut que les gens se reconnaissent à la télé. Pour se reconnaître, il faut des personnes locales qui puissent jouer le rôle pour qu’après vous, vous puissiez vous abonner et  vous reconnaître. Donc, c’est vraiment dans la chaîne de notre ADN de pouvoir proposer cette formation » explique Grace Loubassou, Responsable des relations institutionnelles chez Canal+ international.

Les actions du groupe Canal+ ne se limitent pas qu’au Bénin, il avait précédemment offert des formations similaires en Côte d’Ivoire, au Mali et au Congo. Sans compter qu’au cours de ces derniers temps, il a financé et participé à plusieurs projets cinématographiques africains tels que « Kongossa telecom » et « Ma grande famille » pour ne citer que ceux là.

Le cinéma d’Afrique francophone devrait donc prendre de plus en plus de place dans l’univers du 7ème art sur le plan continental, et pourquoi pas, mondial.


Commentaire