• DJ Arafat cité dans une affaire de trafic de drogue, Souleymane Kamagaté réagit…

    Auteur : Cédric Konan | 10 juin 2020 | 144 vues
  • DJ Arafat

Une enquête réalisée par un journal québécois, Vice media a révélé que DJ Arafat était un des barons du trafic de drogue en Côte d’Ivoire. Souleymane Kamagaté alias « l’homme saga » a réagi suite à la publication de l’enquête de Vice media. L’époux de la chanteuse Bamba Ami Sarah fait la lumière sur les revenus du défunt fils de Tina Glamour.

Deux journalistes d’investigation du journal québécois Vice media, ont fait des révélations troublantes sur feu DJ Arafat. Selon Vice media, DJ Arafat aurait été un trafiquant de drogue en Côte d’Ivoire.

« L’industrie de la musique servirait à blanchir les profits du trafic de drogue en Côte d’Ivoire. Les stars de la pop vivent comme des millionnaires mais on ne sait pas d’où vient leur argent puisque seul un petit pourcentage de leurs fans a les moyens d’acheter des disques ou des places de concert »’, a révélé le journal québécois.

« Le nom de DJ Arafat est le premier à sortir. DJ Arafat était chanteur, la plus grande star du très populaire style de musique ivoirienne : le Coupé-décalé. Décédé l’an dernier, il cultivait une certaine image de bad boy des ghettos d’Abidjan, là où les gangs de jeunes font souvent la loi. Il entretenait aussi de très bonnes relations avec le ministre de la Défense Hamed Bakayoko, qui serait encore plus puissant dans ce pays que le président Alassane Ouattara », a souligné le journal Vice media.

Suite à la publication de l’enquête des deux journalistes d’investigation, Souleymane Kamagaté indique que ces affirmations sont totalement fausses. Dans un texte publié sur sa page Facebook, l’homme saga fait savoir que DJ Arafat n’était pas aussi riche que l’on pourrait le croire. Il a même donné le montant des cachets que touchait le boss de la Yôrôgang lors de ses différents spectacles.

« Arafat n’était pas aussi riche que ce que ce média tente de nous faire croire sinon il aurait construit des maisons, des châteaux. Arafat vivait de ses cachets et non de ce que veut nous faire croire ce media. Il faut savoir qu’Arafat, pour son dernier concert à l’ivoire golf club, a touché 35 millions; son concert d’avant avec Molare, 25 millions. Arafat, à l’intérieur du pays pour un concert, c’est 10 millions. Arafat pouvait se taper pour 3 dates au Burkina Faso près de 50 millions. Arafat, en une année, c’est près de 500 millions qu’il génère. Si en plus de ça, il était lié à une activité de vente de drogue, le monsieur serait forcément milliardaire. Ce Media ne peut pas nous faire douter de ce que nos yeux ont vu. Il faut laisser la mémoire du jeune reposer en paix », a écrit l’époux de la chanteuse Bamba Ami Sarah.

 


Commentaire